Articles

Affichage des articles du 2014

La balle dans le camp du secteur privé sénégalais.

Image
Opportunités réelles mais déficits d'investissements La vérité est que le Sénégal à l’instar des autres pays africains est une terre d’opportunités. Et lorsque celles-ci ne sont pas saisies par les sénégalais, l’on ne pourrait blâmer les autres de le faire à notre place. De la distribution des intrants (engrais, semences, produits phytosanitaires) à la commercialisation ou la transformation agroalimentaire en passant par le financement, il reste encore beaucoup de maillons des chaînes de valeurs agricoles qui attendent d'être investis. Notre secteur privé est resté passif dans le domaine de l’agriculture. Malgré une forte participation au PIB, les investissements dans l'agriculture n'ont pas été aussi conséquents que leur contribution à l'économie nationale. Le Sénégal ne fait pas encore partie des pays ayant réellement consacré 10% de leur budget à l'agriculture. L'agriculture doit également partager ce budget avec d'autres secteurs, non moins importan…

Au delà de "Doune Baba Dieye", plaidoyer pour les populations menacées par l'érosion côtière.

"Le but de toute nation est d’accéder au stade du développement intégral et de permettre à chacun de ces citoyens de vivre la vie qui a de la valeur à ses yeux" Amartya Sen, Nobel d'économie en 1998.
J'ai été par le plus grand des plaisirs à St louis pour une rencontre entre blogueurs plus connu sous le nom de NdadjeTweetup. Ces rencontres, au delà des débats fructueux qui en émanent sont aussi le lieu pour les blogueurs d'affirmer leur engagement citoyen auprès des populations locales. Ce périple nous a mené ainsi au village de Doune Baba Dieye,enfin de ce qu'il en reste. Puisque l'érosion côtière a eu raison de ce village situé dans le Gandiol.  C'est donc une population entière qui a été obligée de se déplacer. Sans compter que la forte pression foncière réduit les possibilités de relogement. Ces populations relogées devront à priori également changer de mode de vie, leurs activités socio-économiques. Nous risquons ainsi de voir tout un arsenal de tr…

Changer la façon dont les producteurs utilisent les pesticides

Image
A l’origine : une méconnaissance des dangers liés aux pesticides : Si vous êtes consommateurs de fruits ou de légumes (laitues en particulier) venant des Niayes, vous ne pourrez jurer sans risque de se tromper que vous n’avez jamais absorbés des pesticides. De la manière dont ils sont utilisés par les producteurs, des quantités non recommandées se retrouvent facilement dans nos aliments. Les plantes cultivées font face souvent à de nombreuses attaques. Ces ennemis des cultures sont responsables, pour les céréales, de pertes de productions annuelles de 292.750 tonnes soit plus de 29 milliards de Francs CFA. Pour lutter contre ces derniers, les paysans ont alors recours à des produits, le plus souvent chimique, que sont les pesticides. Ils ont pu par leur action, contribuer à réduire les pertes et à stabiliser les rendements. Mais derrière cet effet bénéfique se trouve une panoplie d’effets néfastes aussi bien sur l’environnement que sur la santé publique.
Mais d’abord c’est quoi un pestic…

Réinventer notre façon de partager l'information agricole.

Image
Il y a 2 ans de cela, j’ignorais ce que voulais signifier réellement blogging ou réseaux sociaux. Pourtant, ces outils rythment aujourd’hui mon quotidien. La conférence Fin4Ag14, sur le thème "révolutionner le financement des chaînes de valeurs agricoles" dont j’ai été journaliste citoyen a accru cette utilisation. Ce fut l’une des expériences les plus passionnantes que j’ai eu à vivre. J’ai commencé à utiliser les réseaux sociaux un peu plus de 2 ans certes, mon activité de blogueur a quant à lui débuté depuis peu. Pendant longtemps ces outils me servaient surtout pour la distraction. Ignorant de fait toute leur portée si on en faisait une utilisation beaucoup plus professionnelle. Et cela a débuté lorsque de temps en temps je faisais des livetweet  (couverture en ligne d'évènement grâce à Twitter). Cette forme d’utilisation a connu un pic lors de ma participation au concours Yoblocoawards qui a amorcé en même temps mon activité de blogueur. Dès que j’ai eu échos du rec…

A la découverte de N'Kâlo, le service d'information et de conseil sur le marché des filières agricoles (2)

Image
N’kâlo prend-il en compte les spécificités de l’agriculture familiale, les prix ? les moyens de diffusion de l’information etc… ? Notre équipe d’analystes rédige ensuite les conseils agricoles que le service propose de diffuser. L'information du marché est transmise à travers 3 canaux principaux: a.un bulletin hebdomadaire, transmis par e-mail plus de 200 acteurs et sur papier à certaines coopératives n’ayant pas accès au web et aux unités de transformation. Ce bulletin dispose désormais de son propre blog. b.des SMS hebdomadaires différenciés selon les pays et les régions à plus de 500 paysans leaders, et plus de 13000 producteurs ; augmenté du bouche à oreille entre 500 paysans-leaders et 33 000 producteurs. c.la disponibilité permanente (physique ou par téléphone) du formateur dans la région pour un conseil personnalisé. Ces différents moyens se complètent mutuellement, et permettent d’adresser des contenus adaptés aux différentes régions et à des acteurs spécifiques de la filière (…

A la découverte de N'Kâlo, le service d'information et de conseil sur le marché des filières agricoles ; entretien avec Pierre RICAU/Serge KEDJA: Partie 1.

Image
Pouvez-vous vous présenter ? Pierre RICAU, Agroéconomiste, Analyste de marchés agricoles, expert en analyse de marché des filières agricoles, en particulier sur l’analyse de la chaîne de valeur (acteurs, flux, demande...), sur les fondamentaux de ces marchés, et la variation de ces facteurs dans le temps et l’espace pour produire une analyse et des formations adaptées aux besoins des acteurs.
Serge KEDJA, Ingénieur en Systèmes d’Informations Avancés, responsable de l’administration des systèmes informatiques utilisés dans le cadre des services fournis par RONGEAD et de la veille technologique. En charge du développement et de l’optimisation de solutions TIC adaptées au milieu rural en Afrique de, notamment pour la collecte et la diffusion d’information.
Pouvez-vous présenter votre application ? Différente d’une application au sens technologique du terme, NKALO est un service d’information sur le marché de l’anacarde, du sésame et du karité (actuellement opérationnel en Côte d’Ivoire, au M…

Réaliser le potentiel de la recherche agronomique en redynamisant la recherche dans les écoles et instituts d'agronomie

Image
La recherche agronomique est l’élément déclencheur de l’innovation, elle-même condition sine qua non de changements profonds au plan social comme économique. Au Sénégal, la plus grande partie de la recherche agronomique est exécutée par des composants divers, incluant le secteur public ou privé, les instituts de recherche ainsi que les universités (universités et instituts et écoles d'agronomie). Cependant, les universités sont aujourd’hui plus connues pour leur rôle dans la formation des futurs agents du développement que pour leur contribution au service du système national de recherche. Leur potentiel est dès lors non exploité et leur accompagnement par les instituts de recherche nationales et internationales se trouve dans une certaine désinvolture. La recherche universitaire est presque inexistante sinon elle n’est que du ressort du corps professoral, les étudiants étant pour la plupart du temps exclu du schéma de recherche ou non incités à devenir chercheur.
Et il suffit d’av…

Ferme-Ecole agro-écologique kaydara : la semence de l’entrepreneuriat rural à démultiplier

Image
Dans un contexte marqué par l’exode rural, l’émigration ainsi que l’appropriation de plus en plus accrue par les promoteurs privés des terres agricoles, Jardins d’Afrique a choisi d’ouvrir une ferme-école pour former les jeunes à devenir des entrepreneurs ruraux. Cette initiative marque ainsi une véritable révolution dans l’entrepreneuriat rural en permettant non seulement aux populations de préserver leurs terres mais aussi de disposer de revenus capables de les fixer dans leur zone. Gora Ndiaye, promoteur de cette ferme-école marque une démarche nouvelle qui doit aujourd’hui inspirer tout programme de développement qui opère en milieu rural. En effet, ce ne sont pas seulement des séminaires ou ateliers de formations qui pourront faciliter la vulgarisation des innovations, l’agriculteur a besoin avant tout de tester toute technique par une preuve. Et cela passe nécessairement par l’implantation de l’espace d’expérimentation en milieu rural. Le fait étant que toute nouveauté dans le p…

Financement des chaînes de valeur agricoles : les types de financement.

Image
L’agriculture en Afrique est aujourd’hui fortement tributaire du climat. Aussi, pour beaucoup de producteurs, la connaissance des données du marché est très vague et il se traduit pas une asymétrie de l’information, il s’agira par le financement des chaînes de valeur agricoles de promouvoir les financements destinés à améliorer la productivité des exploitants en incluant la gestion des risques dans les clauses de prêts. Beaucoup de cas de non remboursement sont souvent constatés, avec l’approche chaîne de valeur et la possibilité d’assurer une gestion des risques partagée il ne s’agit plus d’imputer le remboursement au seul bénéficiaire direct mais que ce remboursement se fasse à travers les liens dans la chaîne de valeur. Ce financement peut revêtir diverses formes :
Financement commercial Le financement commercial constitue la forme la plus courante du financement des chaînes de valeur. Il est le plus souvent sous la forme de «ventes préfinancées », dans le cas d’un prêt consenti à un…

Financement des chaînes de valeur agricoles : de la chaîne de risques à la chaîne d'opportunités.

Image
La mondialisation a fait passer le monde d’une économie clairsemée en économie globalisée offrant une multitude d’opportunités tout en exigeant, cependant, une intervention financière à la hauteur de ces exigences. Malgré une volonté des politiques d’apporter une réponse adéquate à ce besoin accrue de financement surtout pour le milieu rural dont l’agriculture demeure l’activité phare, les réponses telles que la microfinance n’ont pas pu atteindre tous les objectifs escomptés. Les besoins de financement de ces agricultures sont importants et constituent le facteur clé de la modernisation de celle-ci et de son développement. Apporter une réponse adaptée à cette demande est donc aujourd’hui un enjeu majeur.
Le financement des chaînes de valeur agricoles constitue une partie ou  l’ensemble des services financiers, des produits et des services de soutien qui transitent vers et/ou parle biaisd’une chaîne de valeur pour répondre aux besoins et aux contraintes des acteurs impliqués dans la ch…

Pour des politiques favorables au développement de l’agriculture familiale: et si on s'inspirait de l'exemple du Brésil?

Image
Les politiques de désengagement de l’Etat après les années 80 en matière d’appui à l’agriculture en général et familiale en particulier ont conduit les acteurs locaux à prendre les devants, surtout avec l’impulsion des ONG. Ceci, dans le but de contribuer à la mise en place des politiques.Au Sénégal la disparité de nos agricultures laissent apparaître deux systèmes d’exploitation qui essayent tant bien que mal de cohabiter dans un environnement rural plus ou moins apaisé et permettant aux 2 systèmes de remplir les tâches qui leur sont dévolus. L’agriculture familiale remplit aujourd’hui plus une tâche sociale qu’économique. Cependant, il est évident que vu l’ampleur de la main d’œuvre qu’elle utilise et son rôle prépondérant dans l’aboutissement de la sécurité alimentaire du pays, l’heure est alors, de reconsidérer nos politiques en faveur de cette agriculture. C’est-à-dire, des politiques répondant spécifiquement aux défis de production en quantité et qualité. L’idée des efforts de d…

Sur l'amélioration des opportunités des jeunes dans les zones rurales par l'utilisation des TIC dans l'agriculture.

Image
La population mondiale ne cesse d’augmenter. En Afrique subsaharienne, 44% de la population a moins de 15 ans et trouver un emploi pour cette bonne partie de la population dans les années à venir sera le premier défi de nos gouvernants. L’agriculture et même les activités connexes qui pourront se développer avec l’introduction des nouvelles technologies est une niche d’emploi non négligeable à exploiter. Cette jeunesse sera le moteur de la prospérité de l’Afrique que si les opportunités qu’offrent les politiques mis en place sauront réveiller le génie créateur de tous ces jeunes aujourd’hui entre espoir et pessimisme quant à leur lendemain. L’agriculture se positionne ainsi comme étant le seul secteur pouvant enrôler toute cette masse critique de jeunes. De nature,  l’agriculture est connue comme étant d’abord une histoire de passion, il est évident que l’on ne saurait la pratiquer sans pour autant être suffisamment armé de passion. C’est aussi un travail qui se fait en plein air et d…